Quand les sportifs mangent mal

Le colloque «Nutrition et performance», organisé hier à Zéralda par le Comité olympique et sportif algérien, en partenariat avec le Groupe algérien de médecine et traumatologie du sport (Gamets), a été dédié à la mémoire du journaliste Ahmed Achour, décédé jeudi. Une minute de silence a été observée à sa mémoire. Pour revenir au colloque, la présidente de la commission médicale au sein du COA, Feriel Chouiter, qui a fait une intervention sur le thème «Bien boire pour éviter les déboires», a au passage regretté la «défaillance» des médecins qui exercent au niveau des fédérations sportives algériennes. Le docteur Amine Loughraïb, spécialiste en médecine du sport, qui a fait une communication sur «L’alimentation et la course à pied», dira : «Au cours de ce colloque, on a donné des recommandations afin que les encadreurs techniques se dirigent vers des nutritionnistes avant d’adopter un programme de préparation. Car par méconnaissance, beaucoup de sportifs, y compris parmi ceux qui ont des salaires élevés, ne récupèrent assez bien et ne mangent pas comme il se doit. Il faut dire que l’encadrement est totalement inopérant, les encadreurs ignorent que les carences générales n’aident pas à une bonne pratique sportive. Les athlètes qui négligent ce volet indispensable ne sont pas pris en charge sur le plan nutritionnel.» D’autres thèmes étaient au programme de ce colloque. A titre d’exemple, le professeur Yekdah, de la Fédération algérienne de football, a évoqué «L’évaluation du statut nutritionnel et métabolique de l’EN olympique de football en période précompétitive».

Les commentaires sont clos.