Les vins allemands sont excellents

Les vins allemands sont relativement peu présents dans nos rayons, et pourtant, on peu saluer le travail qui est fait sur ces vins. A noter que cela se fait dans un climat d’adaptation sociale. En effet, le conseil des ministres allemand a adopté le 2 avril la loi établissant un salaire minimum en Allemagne. Celui-ci qui s’appliquera à tous au plus tard à compter de 2017 (sauf aux moins de 18 ans, aux stagiaires et pour les six premiers mois de reprise du travail des chômeurs de longue durée). Le salaire plancher a été fixé à 8,50 euros bruts de l’heure. Le syndicat des agriculteurs allemand était contre ce salaire minimum. Le salaire minimum en Allemagne devra bien s’appliquer pour tout le monde. Et malgré cette hausse du cout de reviens, l’Allemagne arrive à bien s’en sortir en qualité et ventes. Pour preuve, une dégustation que nous venons d’organiser à l’aveugle. Comparer un Spätburgunder avec un vin de Bourgogne peut sembler injuste. Mais lorsqu’il s’agit d’un vieux Assmannshäuser Höllenberg issu d’un bon millésime, la compétition est alors bien plus serrée. D’ailleurs, Jancis Robinson estime que ce vin allemand est dans une catégorie tout à fait à part: « La star incontestable [...] était l’Assmannshäuser Höllenberg Spätburgunder Trocken Cabinet 1947, la plus remarquable variante d’un Bourgogne rouge qu’au fil des ans j’ai eu le plaisir de déguster. ›› Ce vin est issu d’un endroit connu pour produire les meilleurs vins rouges d’Allemagne – un versant très escarpé à l’extrémité ouest de la Rheingau. Le Pinot noir est cultivé sur le Höllenberg (le mont de l’Enfer) depuis au moins 1470 et même Goethe, amateur de Riesling, apprécia ce vin rouge lorsqu’il visita la vallée du Rhin en 1814. Le sol schisteux donne au vin un goût très subtil de baies ainsi qu’une note prononcée et typique d’amande verte en fin de bouche. Même après six décennies, ce vin possède un bouquet fruité enivrant et complexe et une fraîcheur remarquable. « Le Spätburgunder de 1947 revêtait encore sa couleur rouge grenat foncé et violacé, et en bouche il était incroyablement riche, vif et dramatique. Rappelant fortement la violette, la fumée de bois, la réglisse et la truffe, il a encore devant lui de belles années ››, conclut Jancis Robinson. Et pour découvrir tous ces vins et arômes, je vous invite à faire un cours d’œnologie spécialisé sur les vins allemands (suivez le lien pour en savoir plus).

Les commentaires sont clos.