Le drame de la malbouffe

epuis 1975, le nombre d’enfants et d’adolescents obèses dans le monde a été multiplié par plus de dix, selon une étude publiée mercredi 11 octobre dans la revue médicale britannique The Lancet. Les auteurs de l’étude précisent que ces derniers restent moins nombreux que ceux en insuffisance pondérale et appellent à agir contre ces « deux fléaux », liés à la malnutrition. Toutefois, selon les conclusions de cette étude, basées sur les tendances observées ces dernières années, l’obésité juvénile devrait surpasser l’insuffisance pondérale d’ici à 2022. Les jeunes âgés de 5 à 19 ans considérés comme obèses étaient 11 millions en 1975. En 2016, ce nombre est passé à 124 millions, évalue l’étude menée par l’Imperial College de Londres et l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Aucune région du monde n’est épargnée par le phénomène. Aux Îles Cook (Polynésie) par exemple plus de 30% des 5-19 ans sont touchés. Ce chiffre atteint ou dépasse les 20% aux États-Unis, en Égypte, en Arabie Saoudite ou encore à Puerto Rico Si les pays riches parviennent à limiter le phénomène, les pays en développement connaissent une augmentation des jeunes concernés par l’obésité. L’étude montre que depuis 2000, le nombre d’enfants ou d’adolescents en insuffisance pondérale est en légère diminution, sauf en Asie du Sud et du Sud-Est et en Afrique du Centre, de l’Est et de l’Ouest. En 2016, 192 millions d’enfants étaient considérés en sous-poids modéré ou sévère. Pour arriver à cette conclusion, les auteurs de l’étude se sont appuyés sur les données portant sur 31,5 millions de jeunes dans 200 pays. Parmi ces jeunes en sous-poids, les deux tiers habitent en Asie du Sud-Est, notamment en Inde. « Il y a toujours besoin de politiques qui encouragent la sécurité alimentaire dans les pays et les foyers à faible revenu. (…) Mais nos données montrent que la transition de l’insuffisance pondérale vers le surpoids de l’obésité peut se produire rapidement », avertit le Pr Majid Ezzati de l’Imperial College de Londres, qui a coordonné leurs travaux. Le spécialiste de santé environnementale met en garde en particulier contre le risque de « mauvaise transition alimentaire, avec une augmentation des aliments à forte teneur énergétique mais pauvres en nutriments ». « Très peu de politiques et de programmes essayent de rendre accessibles aux familles pauvres les aliments sains, tels que les céréales complètes et les fruits et légumes frais », a-t-il déploré, dans un communiqué accompagnant l’étude. Cela entraîne des inégalités sociales face à l’obésité et limite les possibilités de réduire ce fardeau, souligne le chercheur. L’obésité provoque des risques accrus de maladies chroniques, telles que le diabète, et de maladies cardiovasculaires.

Les commentaires sont clos.